Vous êtes ici : INFORMATIONS Art africain ethnique

                               ART AFRICAIN ETHNIQUE

Nous expliquons ici certaines traditions, coutumes et origines de l'art africain ainsi que diverses informations générales ethnologiques.

AMAZONES
L'origine des Amazones vient du Dahomey - actuellement le Bénin - qui furent de redoutables femmes guerrières. Elles composaient la troupe d'élite du Roi du Dahomey jusqu'au dernier Roi Gbéhanzin.

ANCÊTRES
Les ancêtres sont souvent représentés par des statuettes en bois, en bronze ou en terre. Elles sont sacrées,vénérées et conservées à l'abri dans les chefferies pensant que les morts ont un pouvoir sur les vivants cherchant ainsi à gagner les faveurs des morts par des rituels propres aux différentes ethnies dont le représentant du culte est le grand prêtre des ancêtres et médiateur entre le ciel et la terre. Ces statuettes peuvent être montrées au public lors de cérémonies. Les Tellem  puis les Dogon ont utilisé des cavernes naturelles sur la falaise de la montagne du Macina au Mali comme lieu de culte des morts.

ARBRES AFRICAINS
Le baobab est l'arbre emblématique et sacré africain.Il existe 8 espèces de baobab. Certains peuvent atteindre 25 m de haut, 12 m de diamètre et peuvent vivre 2000 ans. Il est aussi appelé l'arbre bouteille car gorgé d'eau et aussi l'arbre à palabres sous lequel les africains se protègent du soleil.
Le frangipanier peut atteindre entre 6 à 10 m de haut. Il est d'origine des Antilles ou il est appelé aussi Fleur des temples. On trouve le frangipanier en Afrique ou son bois très tendre et facile à travailler sert à sculpter des masques africains.
Le fromager devrait son nom au fait que leur bois était utilisé dans la fabrication de boîtes pour les fromages ou à la déformation du nom donné par les français  Forme âgée  Certains l'appellent encore Piroguier, pour son utilisation dans la construction des pirogues. Il existe 10 espèces de fromager que l'on trouve en Amérique du sud et centrale ainsi que dans les savanes. On le connais aussi sous le nom de l'arbre à Kapok ou le Kapokier. Comme le frangipanier son bois très tendre et facile à travailler sert à sculpter des masques. Il peut atteindre la hauteur exceptionnelle de 60 m.


      
        Le Baobab                                Fromagers


ARCHITECTURE AFRICAINE
A l'exception du Zimbabwe, qui construisait en pierre, toutes les habitations étaient faites avec du Banco qui est un amalgame de terre argileuse, de paille et dans certains cas de crottin d'animal. Le banco est aussi utilisé pour faire les moules des bronzes coulés à la cire perdue, voir notre rubrique Informations Bronze africain. Cet amalgame est appliqué sur une ossature de bois et de branches. La toiture est réalisée avec de la paille. Ces habitations peuvent être peintes avec du kaolin auquel on ajoutait des pigments naturels pour apporter des couleurs différentes.  On peut trouver dans très peu de pays africains des caves ou troglodytes creusées dans la roche. Les constructions en banco les plus connues sont la Mosquée de la ville de Djenné et le Palais du Roi du Macina de Bandiagara au Mali. Pour ce qui est de Zimbabwe, Il faut savoir que le nom Zimbabwe qui se dit en Ndebele : dzimba dza mabwe, signifie : grande maison de pierre.

CALEBASSE
La calebasse est la coque du fruit du calebassier qui sert principalement de récipient, mais aussi rentre dans la fabrication d'instruments de musique : Cora, Balafon, Tam-tam,
Tambour et  des masques africains de l'ethnie Ekiti.

CAURI  ou cowrie - cowry
Les Cauris sont de petits coquillages qui ont longtemps servi de monnaie et sont originaires des Iles Maldives et de Zanzibar. Ils sont un des symboles de richesse servant d'élément de décoration de masques africains, de statuettes africaines mais aussi de parures d'habits des dignitaires.


CIMIERS
Les cimiers sont des parements portés au dessus de la tête du danseur surmontés de masque, statuette, sculpture. Les plus connus sont les ty-wara ou Tyi-wara, Tji-wara,Ti wara,Ci wara, Chi wara qui signifie : Champion de culture et représente une gazelle ou antilope mâle ou femelle portant son petit sur le dos.

CEREMONIE DE LA CIRCONCISION
Entre 14 et 17 ans, les jeunes garçons africains se préparent au départ pour assister aux rites initiatiques destinés à les préparer à la vie adulte qui se déroule loin du village dans la forêt et subir la circoncision. Lors de leurs déplacements, ils portent un masque de cérémonie spécifique appelé Masque de la circoncision. La fête est organisée dans tous les villages, les poules sont égorgées et mangées en présence des chefs des villages. La durée de l’initiation est de trente jours, et les jeunes garçons sont tenus de garder un secret total sur tout ce qui se passera pendant la durée de leur séjour. On ne trouve que très rarement ces masques de la circoncision sur le marché de l'art africain. La circoncision consiste à l'ablation totale ou partielle du prépuce de la verge des garçons. Elle a été pratiquée pour des motifs culturels et religieux depuis l'antiquité. Dans le judaïsme,ce rituel est appelé brit milah. Bien que n'étant pas mentionnée dans le Coran, la circoncision est pratiquée dans l'ensemble du monde musulman, elle est le plus souvent considérée comme une sunnah. Elle est également pratiquée par les membres de certaines églises orthodoxes orientales.L'OMS préconise la circoncision en Afrique pour freiner la transmission du VIH.

ENVOÛTEMENT
L'envoûtement ou magie noire ou sorcellerie a pour but de nuire en opposition à la magie blanche qui est bénéfique.. Toutes les tribus africaines combattent cette magie noire par le désenvoûtement pratiqué par des féticheurs en lieu public alors que l'envoûtement se pratique dans le plus grand secret. Le Vaudou est une autre pratique divinatoire de la magie africaine.

EXCISION
L'excision est l'ablation du clitoris en entier, partie génitale de la femme soit l'équivalent de l'ablation du gland avec
son capuchon chez l'homme
. Elle est parfois accompagnée de l'ablation des petites lèvres et de la suture des grandes lèvres.  Cette mutilation destinée à supprimer toutes envies sexuelles ou plaisir charnel de façon permanente et définitive est illégale dans la plupart des pays du monde mais reste en vigueur chez certains autres. De nombreuses organisations militent pour son abolition mondiale. L'excision présente plusieurs variantes qui diffèrent par l’étendue de l’ablation.

FEMMES GIRAFES
Les célèbres femmes girafes appartiennent à plusieurs ethnies africaines. Contrairement à une idée faussement répandue, ce n’est pas le coup qui s’allonge, mais le maxillaire inférieur et la fosse claviculaire qui se déforment sous la pression de la spirale ou anneaux. La première spirale est posée à l’âge de 5 ans sous l’autorité du chaman, puis remplacée par une plus grande tout les deux ou trois ans jusqu’à atteindre une dimension maximale de 25 cm. Cette déformation est justifiée par les hommes sur la base d'un double désir : embellir leurs femmes et les protéger contre les morsures des tigres qui sont supposés attaquer à cet endroit. Une autre explication s'est fait entendre par les missionnaires qui selon eux, la spirale constituerait un gage de fidélité. En cas d’adultère, l’homme outragé retirerait la parure, et le cou, sans soutien, s’effondrerait, tuant la coupable. Cette hypothèse semblerait pour d'autres peu pertinente, car la spirale est changée régulièrement et le cou ne cède jamais. Toutefois les avis sont très partagés sur l'origine et la finalité de cette pratique ancestrale. Il existe aussi des femmes girafes en Afrique du sud , chez les Ndébélé . Leurs parures peuvent peser jusqu'à plus de 20 à 25 kilos. Ces femmes girafes sont également très présentent en Asie. Les Padaung, aussi connus sous le nom de Kayan, sont un sous-groupe du peuple Karenni qui est une minorité ethnique tibeto-Birmane du Myanmar en Birmanie.

FEMMES A PLATEAUX
Voir notre commentaire à LABRETS

FERTILITE
Quand on parle de fertilité, il s'agit uniquement de fertilité de la femme et de la terre.

FETICHES
Le fétiche peut aller du plus petit objet: l'amulette, en passant par toutes les tailles de statuette, pour aller jusqu'aux grands poteaux à l'entrée du village. C'est toujours un objet sacré par des rites magiques pratiqués par des féticheurs. Les africains leur confère des pouvoirs spéciaux comme certaines vertus médicinales, chasser les mauvais esprits, apporter la fertilité et invoquer la pluie. Les féticheurs ou sorciers ou guérisseurs pratiquent la magie bénéfique au grand jour alors que la sorcellerie maléfique se pratique secrètement. Les féticheurs peuvent être aussi des femmes.

FUNERAILLES
A la mort d'un membre de l'ethnie, son âme erre parmi les vivants. Pour l'aider à rejoindre le royaume des ancêtres mais aussi pour tirer profit de ses forces surnaturelles, des cérémonies ou rites sont célébrés. Chaque ethnie a ses propres rites et sont l'occasion de porter les masques sacrés destinés à protéger les danseurs de l'esprit du mort. Cette cérémonie peut durer jusqu'à 6 jours. Ces masques dits : Masques Portés, sont très prisés des collectionneurs d'art africain.

INITIATION
A la puberté, les jeunes gens subissent les rites d'initiation de passage de l'enfant à l'adulte. Ils sont isolés durant une période ou ils subiront ces épreuves et recevront un enseignement  des secrets de la vie d'adulte. Les garçons seront circoncis et dans certaines ethnies les filles seront excisées. Lors de promenades durant la période initiatique, les jeunes gens portent un masque et un burnous Les membres de la société secrète qui enseignent et mettent à l'épreuve les novices se présentent à eux avec des masques et des costumes terrifiants pour imposer le respect par la crainte. Au retour des initiés, le village organise des festivités. Les masques d'initiation ne sont jamais portés au regard du public et n'ont rien à voir avec les masques de divertissement

INSTRUMENTS DE MUSIQUE AFRICAINS
Les instruments emblématiques de l'Afrique sont:
Le balafon  ( Xylophone ) est fait de lames de bois donnant chaque sonorité dont le son est amplifié par des calebasses positionnées sous chaque lame.
La cora est une sorte de harpe à caisse de résonance en calebasse
Le Mbira fait parti des instruments lamellophones répandus dans toute l'Afrique sous des noms différents. Au Zimbabwe : Mbira, Mbila,Likembe,budongo et en Centrafrique : Sanza puis au Cameroun : Mangambeu , Sanza mais aussi en Sierra Léone : Kondi et en Ouganda : Karimba ou Kalimba.
Le tambour est taillé dans un tronc d'arbre sur lequel est tendu une peau est appelé aussi plus communément le tam-tam. Les premiers tambours africains étaient un morceau de tronc d'arbre creux avec une fente sur le dessus qui ne permettaient que 2 tons. Ils étaient utilisés par des initiés pour transmettre des messages en langage codé tel le morse. Le tambour le plus connu à travers le monde est le djembé qui se tient entre les jambes. Il y a aussi le tambour d'aisselle, plus petit que le djembé pour pouvoir le maintenir sous le bras.
Les trompes sont fabriquées et sculptées dans du bois, de la corne mais aussi dans les défenses d'éléphants.

JANUS
Janus est une divinité de la mythologie Romaine. Il est un dieu du premier rang appelé le Dieu des portes. Ses deux faces opposées lui permettant de surveiller les entrées et sorties. Le mois de Janvier lui est consacré : Januarius. Les africains ont adopté cette représentation à 2 faces pour les statuettes  et  les masques Janus dont les plus connus sont les masques Ekoï du Nigeria. 

LABRETS
Les labrets sont pratiqués chez l'ethnie Mursi en bordure de la rivière Omo d'Ethiopie. C'est un ornement labial ( labret ) et auriculaires porté par les femmes. Cela consistait à mettre en place dés l'âge de 10 ans, après extraction des incisives inférieures, à perforer la lèvre inférieure et y mettre un morceau de bois tout comme pour le lobe des oreilles. Le diamètre des disques était augmenté d'année en année jusqu’à mise en place d’un grand disque d’argile décoré de gravures.
Nous les connaissons sous le nom de Femmes à plateaux. Ce rite était accompagné par le percement de l'hymen ( dépucelage - défloraison ). Les Kirdi du Cameroun pratiquent également cette ornementation  corporelle de labrets sur les femmes.

LIBATION
La libation est l'acte d'offrande rituel destinée aux objets sacrés, statuettes et sculptures, qui se fait en versant dessus un liquide soit à base de sang d'animal sacrifié selon un rite bien précis, de décoctions réalisée par le féticheur ou d'huile.

PRETRES AFRICAINS
Les Bugo du Burkina Faso et du Ghana sont des grands prêtres de culte des ancêtres et des médiateurs entre le ciel et la terre.
en cours de construction

PYGMEES
Le mot pygmée vient du grec pygmaios : haut d'une coudée, et désigne un individu de taille inférieure à 150 cm. Il ne s'agit pas de nanisme mais d'une adaptation morphologique au milieu de la forêt équatoriale. Les pygmées, de différents groupes ethniques, sont disséminés le long de l'équateur dans de nombreux états d'Afrique : Cameroun, Gabon, Congo, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Rwanda, Burundi et est de l'Ouganda.
Les ethnies sont :
Les Aka ou Baka dans la zone de Sangmélima, Djoum, Mintom et Dja, est le groupe pygmée le plus important
Les Kola ou Bakola sont dans la zone géographique de Lolodorf
Les Gyeli ou Bagyeli vivent dans le Sud-Ouest du Cameroun
Les Medzam dans la plaine Tikar, province du Centre du Cameroun.


SCARIFICATION
Les scarifications sont des parures corporelles dont le graphisme est propre à chaque ethnie ce qui permettait une identification immédiate de la personne. Elles étaient obtenues par incision de la peau sur laquelle on appliquait des produits naturels antiseptiques pour empêcher la cicatrisation et avait pour effet de former des boursouflures sur l'épiderme.

 Scarifications faciales  et  Dorsales

SOCIETES SECRETES
L'organisation de toutes les activités sociales telles que les cérémonies et festivités masquées, funérailles, rites occultes et de fertilité, intronisations est du domaine des associations plus ou moins secrètes : les sociétés secrètes. Certaines confréries sont totalement opaques jusqu'à l'anonymat de ses membres Elles sont porteuses des lois, appliquent la justice et lutte contre la sorcellerie maléfique. Elles ont un rôle politique et guerrier. Elles sont assimilables à des sectes dont certaines, par le passé, ont semé la terreur sous couvert de rites ethniques.

THE BIG FIVE
The big five vient de l'Anglais : Les 5 grands , faisant allusion aux 5 animaux emblématiques de l' Afrique qui sont : L'éléphant, le rhinocéros,le lion, le léopard et le buffle. Ces animaux sont souvent représentés sur les sculptures d'art shona du Zimbabwe, les masques africains mais aussi sur bien d'autres articles d'art africain ethnique comme les boucliers, les sculptures sur bois, en décoration de façade d'habitations africaines, les peintures sur toile, etc..

VAUDOU
Le Vaudou ou voodoo,vodou,vodoun, que l'on prononce vodoun, adaptation par l'ethnie Fon d'un mot Yoruba signifiant « dieu » est une religion originaire de l'ancien royaume du Dahomey, actuel Bénin -  née de la rencontre des cultes traditionnels des dieux Yoruba et des divinités Fon et Ewe. Il est toujours largement répandu au Bénin et au Togo, comme dans le célèbre marché des féticheurs à Lomé, mais aussi dans les Caraïbes. La particularité du Vaudou réside dans le mélange de pratiques magiques, de sorcellerie et d'éléments empruntés à divers rituels africains et chrétiens. Le vaudou est le produit d'influences complexes et diverses; c'est la conjonction entre des forces naturelles et des forces occultes. Appelée vaudou en Haïti et voodoo à la Nouvelle-Orléans, son nom devient Santéria, Lukumi ou Regla de Ocha à Cuba, Candomblé ou Umbanda au Brésil. En Afrique du Nord où on le retrouve sous différentes formes, dont la plus connue est le Gnawa au Maroc et en Algérie, mélangé au folklore religieux arabo-musulman.
Le vaudou désigne donc l'ensemble des dieux ou des forces invisibles dont les hommes essaient de se concilier la puissance ou la bienveillance. Il est l'affirmation d'un monde surnaturel, mais aussi l'ensemble des procédures permettant d'entrer en relation avec celui-ci.
Avec la traite négrière, la culture vaudou s'est étendue à l'Amérique et aux îles des Caraïbes, notamment Haïti. Elle se caractérise par les rites d'incorporation  - possession volontaire et provisoire par les esprits - les sacrifices d'animaux, la croyance aux morts vivants : les zombies,  et en la possibilité de leur création artificielle, ainsi que la pratique de la sorcellerie sur des poupées à épingles :  les poupées vaudou.